Première neige!

Première neigeLa première neige est arrivée. Elle est même arrivée en lion, ici à Terrebonne, c’est au moins un bon 15cm qui est tombé depuis la nuit dernière et ça continue. Cette nuit, je me suis même réveillé, croyant qu’une lumière était restée allumée dans la maison. Mais non, c’était la neige qui déjà recouvrait tout le sol de mon petit patelin et qui réfléchissait toute cette lumière dans les grandes fenêtres de la maison.

D’ailleurs, c’est un aspect que j’adore quand il neige la nuit. Dehors, que ce soit la lumière des lampadaires ou encore mieux, celle de la pleine Lune, il fait «clair». Ajouter à cela l’isonorisation, on a l’impression qu’il n’y a plus aucun bruit, même le son de nos propres pas est étouffé. C’est un silence presque absolu (exception faite de mes maudits acouphènes). L’air est généralement humide et pas trop froid, nos yeux dévorent un spectacle grandiose qui termine sa course sur le bout du nez. Et tout ça, c’est sans parler de tout plein de beaux souvenirs de jeunesse qui s’entrechoquent dans mon cerveau. C’est, pour moi, une expérience hautement sensuelle que je prends rarement le temps d’apprécier pleinement.

Cela dit, il y a aussi l’autre côté de la médaille. Celui qui est généralement malaimé de tous. Il faut la pelleter cette neige! haha! Encore cette année, je n’ai pas pris de contrat de déneigement, souhaitant naïvement que l’hiver soit plus clément que le dernier que nous avons eu. Oh, un peu de pelletage ne me fera pas de tord, ce petit Michelin qui aurait besoin de se faire déssouffler et ce petit coeur qui devrait aussi moins souffler quand vient le temps de bouger devraient profiter de cette activité hivernale plus ou moins prévue.

Mais il y a des dangers aussi à sortir à l’extérieur et déneiger ainsi sa demeure. Oh que oui! Pas plus tard que ce matin, j’ai eu droit au voisin qui vient me parler de tout et surtout de rien que ne m’intéresse guère. Mais bon, ça fait parti du voisinage me direz-vous. D’accord, je suis un peu antisocial, c’est vrai! Mais ma conscience écolo en a pris pour son rhume. MONSIEUR fait démarrer son CAMION à distance pour le faire réchauffer (heille là, come on, y fait pas moins trente là, y fait zéro!). Et c’est durant ce temps-là qu’il vient me déranger durant mon pelletage. Je dois m’arrêter pour faire semblant de l’écouter. Mais je ne peux m’empêcher de regarder son camion chauffer pour rien. Malheureusement, même si je suis antisocial, je n’ai pas de facilité à sortir le fond de ma pensée comme certains. Alors, j’ai fermé ma gueule et j’ai laissé faire.

Bref, ce billet est déjà trop long, bon hiver à tous!

É

C’est le printemps.

Oui, les journées sont splendides, les températures amènent certaines personnes à se prélasser sur les terrasses, d’autre à s’habiller plus léger ou encore d’autre à accoucher. La neige fond et les amoureux printaniers se déclarent l’amour et les petits oiseaux font cuicui.

MAIS n’oublions pas ces pauvres gens, qui durement affectés par le rigoureux hiver que nous avons eu, sont atteints de dépression nerveuse et on perdu la boule. Je connaissais depuis plusieurs années ce syndrome où la personne malade pellète volontairement la neige de son dit banc de neige, dans la rue, pour le voir fondre plus rapidement. Peu importe les températures annoncées au-dessus des 20°C, ces personnes déploient futilement toutes leurs énergies à vouloir s’occuper de façon tout aussi obsessive de leur «précieux gazon» le plus tôt possible.

Rien de vraiment nouveau jusqu’à présent, mais là où je me suis dit que ça valait surement un billet sur mon blogue, c’est quand j’ai vu hier un monsieur (gardons quand même un certain respect pour ces Baby-boomer) joyeusement souffler sa vilaine neige avec sa dévouée souffleuse à neige! J’en revenais tout simplement pas. Mais « Ã” Surprise », j’en ai vu un deuxième faire pareil ce matin même. Gaspiller ce gaz si cher, pollué et tout ça pour gagner au mieux quelques jours.

Dans la même catégorie de «personnes respectueuses de l’environnement», j’ai également vu la dame qui lave son entrée d’asphalte à grande eau. Je trouvais ça très hâtif comme comportement surtout quand je la voyais arroser la glace qui recouvrait encore une partie de son entrée. Était-ce pour la nettoyer ou pour la faire fondre, le mystère persiste.

Avez-vous des voisins également en dépression nerveuse comme les miens ? Malheureusement, je n’ai pas de photo des personnes atteintes. À tout le moins, pas encore.

É