Notre voyage à Cayo Santa Maria

Belle capture!Nathalie!Naturiste photographe!En avril 2009 nous avons fait notre 3e voyage à Cuba.  La première fois à Cayo Santa Maria et la première fois sans les enfants.  Ce fut un voyage exceptionnel.  Nos amis Claude et Sabine nous ont accompagnés dans ce merveilleux coin de Cuba.  L’hôtel Mélia Cayo Santa Maria était très très bien (grosseur du site, service, repas, chambre, etc.).   Que dire de la plage…  Elle est splendide.  Une eau turquoise, exceptionnellement claire dans une mer de sable blanc…   Aucune algue et surtout aucun poisson (important pour moi)…  Cependant, pour ceux qui veulent faire de l’apnée… on peut le faire à 10-15 minutes de marche (après le Sol Cayo Santa Maria).   Ce fut très agréable de faire ce voyage en bonne compagnie.  Je rêve d’y retourner…   Une semaine… Ce n’est pas assez…


Nathalie

Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Un soleil partiellement caché par un nuage et deux gouttes de pluieOn ne peut pas dire qu’on a un début d’été très éclatant. Quelques journées ici et là de soleil et de chaleur, mais qui ne sont pas restées avec nous bien longtemps. Une abondance de nuages et plusieurs jours de pluie. On ne peut que souhaiter que le reste de l’été s’améliore.

Malgré tout, ça ne mine pas mon moral. Quand il fait beau, j’essaie d’en profiter, ne serait-ce que le temps d’une éclaircie. Je ne suis pas de ces Québecois qui chialent quand il fait froid et chialent aussi quand il fait chaud et qui chialent quand il pleut et qui trouvent toujours le moyen de vociférer contre la température, j’essaie de la prendre comme elle vient.

Pour tout vous dire, je trouve ce début d’été EXCEPTIONNEL!!! 😀 En plus, c’est surement à cause de la météo que mère Nature nous afflige. D’habitude à ce temps-ci de l’année, je suis en plein dans mes allergies saisonnières et je carbure quotidiennement aux antihistaminiques pour réussir a survivre à la vie quotidienne. Mais cette année, les températures froides ne doivent pas être une bonne chose pour le pollen des graminées et les averses régulières « lavent » l’air de ces allergènes.

Alors, je ne souffre pas d’allergies et je ne carbure pas non plus aux antihistaminiques. J’ai à peine quelques symptômes, tôt le matin. Je sais, je sais, ce n’est qu’une question de temps, mère Nature n’en laisse pas passer une, mais pour le moment, j’en profite. C’est vraiment spécial pour moi de vivre normalement durant ce temps de l’été.

Morale de l’histoire: « Profitez de la vie, avant qu’elle profite de vous! »

É

C’est la faute à Facebook!

FacebookOn a accusé Facebook de tous les vices et de tous les maux sur la planète. Alors pourquoi ne ferais-je pas pareil ?

Alors oui, c’est la faute à Facebook si je ne blogue presque plus.

C’est sa faute si, mon besoin d’étendre ma mousse de nombril s’assouvit aussi vite qu’il arrive. Si le coeur m’en dit, je peux rapidement m’exprimer sur le fait que mon coude me pique légèrement moins que le menton. Je peux aussi facilement publier quelques vieilles photos et les partager avec mon Univers. Dire que cette page web qui parle d’un singe manchot qui sait jongler avec 7 ballons grâce à ses pieds est vraiment hilarante!

Jadis, je faisais plus ou moins cela, mais sur mon blogue. Impunément sachant qu’au plus, une simple poignée de personnes me lisait. Mon blogue serait-il mort à cause de la grippe Facebookiaire ? Bon, d’accord, c’est peut-être un peu fort. Le manque de temps et de motivation font aussi partie du problème.

Je me disais dernièrement, comment je pourrais faire un beau billet au sujet de notre dernier voyage à Cayo Santa Maria. Comment j’avais eu le motton avant de quitter les enfants pour une semaine, comment le voyage s’était bien passé, comment la plage était paradisiaque, comment on s’était bien reposé et à quel point ça fait du bien.

Mais à cause de Facebook, ce n’est pas possible! J’ai simplement eu a changer mon statut pour « Eric is back to life… » dès mon retour de Cuba pour s’en suive une discussion. Ensuite, j’y ai publié quelques photos du voyage et tout le monde a pu apprécier sans que j’aie rien de bien compliqué à faire.

Le seul problème avec Facebook, c’est que ça reste très superficiel. Difficile d’entrer dans un sujet et de l’approfondir (quoique les journaux disent la même chose à propos des blogues…). Où est-ce qu’on s’en va ? Voulez-vous ben meu’le dire ? C’est quoi le prochain site internet à la mode ? FaceBigBrother, là où on devra s’exprimer seulement avec des mots prédéterminés à l’avance ? (C’est presqu’une bonne idée…)

É

Y sont balades…

Atchoum! Keuf! Keuf! Burp!

Blouargh! Prout! Splash!

Quand la gastro frappe!Autant de sons qui sont passés dans la maison depuis une semaine. Nous avons pourtant réussi, par je ne sais quel miracle, à passer l’hiver sans aucun microbe. On se disait chanceux et heureux…

Ça commencé par la visite des Beauchesne dimanche dernier, la jolie Annie-Claude a vomit subtilement dans la toilette (grande amélioration depuis l’été passé, en voyage, où elle avait vomi tour à tour dans mon auto et dans ma chambre d’hôtel, mais ça, c’est une autre histoire). Il n’en fallait pas plus (c’est déjà pas pire) pour que le microbe se transmette tout aussi subtilement à Anne.

  • Lundi matin, Anne fiévreuse manque l’école.
  • Mardi matin, ça continue avec Loïc qui vide son estomac.
  • Mercredi, Anne retourne à l’école malgré une légère fièvre, Loïc reste encore à la maison, Nathalie tente d’aller travailler, mais revient une heure plus tard, ses intestins dictateurs effectuant des purges dignes des plus grands génocides.
  • Jeudi tout le monde retourne vaquer à ses occupations normales, quelque peu drogués. Anne fait toujours une légère fièvre et commence une toux sèche. Crise d’asthme en vue, on la pompe à l’Advair et on croise les doigts.
  • Vendredi (hui), tout semble sous contrôle, mais les fronts restent dans les limites de l’apyrexie!

Et moi, dans tout ça ? Il semble que je sois, pour le moment, à l’abri de cette infection. La vraie seule crainte que j’ai, c’est que les enfants ne soient pas totalement guéris quand nous allons nous envoler pour Cuba la semaine prochaine. C’est la première fois qu’on les quitte pour aussi longtemps, on aura assez de s’ennuyer, pas besoin de s’inquiéter en plus 🙂 !!

É

Il est 11 heures 11

Onze Heures OnzeIl est onze heures onze et c’est joli sur le cadran, vous ne trouvez pas ? Cette série de lignes verticales alignées les unes après les autres  font preuve d’une immense douceur, bien mieux que son cousin 22:22.

Cousin, mon cousin. C’est à lui, Pierre-Jean Champoux, qu’appartient Onze Heures Onze. C’est une jeune entreprise québécoise, mais aussi un blogue bien divertissant. Si vous aimez l’humour parfois absurde et souvent intelligent je vous suggère de le suivre, aussi bien sur votre blogoliste que dans votre iPod. Puisque la plupart de ses billets sont accompagnés de capsules audio (ou serait-ce le contraire ?) de grandes qualités.

C’est une petite plogue que je me permets, pour mon cousin avec qui j’ai partagé plein de bons moments durant notre enfance et même un peu plus tard. Vous savez, ce cousin du même âge sans qui les party de Noël n’auraient pas été pareils. Celui avec qui on parle-parle-jase-jase des heures sans trop s’en  rendre compte, celui qu’on est toujours content de revoir.

É

P.S.: J’ai aidé mon cousin à monter sa présence web avec son blogue WordPress, son compte Twitter et sa page Facebook. Tranquillement, ça prend forme.

Nous retournons à Cuba…

Cuba, Cayo Santa Maria

Eh oui, nous retournons à Cuba en avril… mais cette fois-ci, en amoureux. Nous allons quitter nos enfants pour 8 jours… Cela sera la première fois que nous partons si longtemps. L’année dernière, nous sommes allés aux Bahamas 3 nuits/4 jours, car je ne pouvais pas m’imaginer partir plus longtemps sans les enfants… En décembre, je n’ai pas été capable de laisser les enfants et nous avons fait un beau voyage avec eux à Cayo Coco.

Mais là, c’est fait, nous partons nous reposer seulement tous les deux. Nous en avons vraiment besoin.

Pour ce magnifique voyage, nous partons avec nos amis Claude et Sabine qui ont la même piqure que nous pour les plages exceptionnelles de Cuba. Cette fois-ci, nous partons à l‘île paradisiaque de Cayo Santa Maria. Nous allons séjourner au Mélia Cayo Santa Maria. Sans eux, je n’aurais pas pu laisser ma progéniture pendant une semaine… Gracias Claude… et Buen Viaje …

Nathalie

Photo de Serge.qc

De retour de Cayo Coco

Piscine d'Emperador

Loïc, Nath & Anne à la plagePour ce deuxième voyage à Cuba, nous sommes retournés avec les enfants sur l’île de Cayo Coco du 14 au 21 décembre 2008. Cette fois-ci, nous avons séjourné au NH Krystal. Les plages de cette île sont splendides et celle de cet hôtel est paradisiaque. Que du sable blanc et de l’eau turquoise, et surtout, aucun poisson (ceux qui me connaissent savent bien que je suis ichthyophobe).

Nath et sa plage préféréeÀ cet hôtel, nous avons toujours été très bien servis. On trouve toujours de quoi manger et on a le choix de plusieurs restaurants (plage, piscine, 2 restaurants buffets et 5 restos à la carte, dont 2 pour adultes seulement). Le matin, un gars super sympathique me préparait mon omelette avec du blanc d’oeufs. Il me voyait arriver et il préparait des oeufs sans jaune spécialement pour moi… Je n’avais qu’à choisir ce que je voulais ajouter. C’était excellent. De plus, il faut dire qu’il y a même de la « puttine » (poutine) et de la pizza au restaurant de la piscine. Cela valait la peine de faire un petit tour dans ce coin-là pour le dîner. Nous avons d’ailleurs passé tous nos dîners aux restos de la plage ou de la piscine. Il y a beaucoup de bars sur ce site, mais nous avons beaucoup aimé aller prendre des petits cocktails dans les lobbys (Laguna et Emperador) avant le souper.

Le point négatif de mon voyage: la chambre. Nous n’avions pas de balcon dans la chambre, pas de vue sur la mer et de la difficulté avec l’eau chaude dans la douche. J’ai de loin préféré la chambre du Blau Colonial (avril 2007) avec la vue sur la mer et le balcon.

Anne à la plageDe plus, notre pauvre petite Anne a été malade durant ce voyage. Le tout a commencé lors du départ par une laryngite pour ensuite faire une petite crise d’asthme et pour finir une grosse otite dans les oreilles (évident à cause de l’écoulement d’une oreille la 4e nuit). Heureusement, nous avions notre petite pharmacie familiale incluant du Tylénol, de l’Advil, le Ventolin, l’Advair et des gouttes antibiotiques pour les oreilles. Cependant, dès notre retour, nous avons vu un médecin qui lui a prescrit du Cefzil, car l’otite était toujours présente dans les deux oreilles.

J’adore Cayo Coco. Comme on dit : « jamais 2 sans 3 ».