LensHero

LensHeroNoël n’est pas encore passé, mais déjà les soldes d’Après-Noël sont annoncés partout. Les plus chanceux d’entre vous auront peut-être accumulé un peu d’argent de côté pour profiter de ces soldes « Boxing-Day ».

Pour les photographes amateurs, comme moi, c’est souvent tentant de regarder pour une nouvelle lentille. Mais quand on a un budget limité, il n’est pas toujours évident de faire un choix éclairé. On visite les forums, on lit des «reviews» sur différents sites. On essaie de tout compiler pour se faire sa propre idée, bref c’est toute une job et l’on a toujours le doute d’avoir oublié quelque chose en chemin.

Voilà quelques jours, j’ai découvert un nouveau site LensHero qui permet de rapidement consulter, mais surtout comparer différentes lentilles et ce de façon facile et très interactive, presque ludique!

On entre notre budget et le modèle de notre boîtier. Ensuite, le plaisir commence. Nous pouvons choisir le type de lentille, la longueur focale ou encore on laisse le site nous suggérer une lentille basé sur ce qu’on possède déjà.

Une liste nous est offerte et on peut commencer à rêver. Mais on peut aussi peaufiner la recherche par différents détails (prix, marque, ouverture, etc.) et cerner d’encore plus près notre prochain joujou tant convoité.

Bref, c’est génial pour savoir ce qui s’offre vraiment à nous. D’ailleurs, je me suis laissé prendre au jeu et une lentille me titille le portefeuille : Sigma 10mm f/2.8 EX DC HSM

À tous les photographes, je crois que ce site peut être d’une grande utilité! LensHero à découvrir!

P.-S.: Par la bande, j’ai découvert aussi le site de la même gang, SnapSort qui applique le même principe, mais pour les caméras. Les combiné fileté disponible

P.-P.-S.: J’ai fait cette « review » du site LensHero, parce que je le trouvais bien pratique, mais aussi parce que ça fait parti d’un concours où je peux gagner une lentille! Ça serait bien pour compléter mes cadeaux de Noël.

À votre santé!

Eau-de-vie!Depuis que nous sommes parents, le temps des fêtes était synonyme invariablement de maladie. De la gastro à la crise d’asthme en passant par la laryngite ou je ne sais quelle autre maladie infantile, le tout avec ou sans hospitalisation. La période des fêtes étant propice aux nombreux bécots et de franches poignées de main, les microbes en profitent toujours pour se propager!

Cette année, contre toute attente, tout le monde a passé au travers des fêtes sans aucun vilain microbe! C’est vraiment dur à croire, mais vraiment très apprécié! On pouvait se coucher l’esprit tranquille. Qui plus est, les enfants ont même pris cette légère, mais appréciée, tendance de se lever un peu plus tard. Se lever à 8 h le matin, par chez nous, c’est exceptionnel, peu importe l’heure du coucher. Donc au final, ce fut des fêtes, comme toujours, bien chargées, mais quand même reposantes.

J’en profite donc, pour vous souhaiter une excellente année 2010, que la santé vous accompagne et le reste devrait suivre.

Cheers!

É

Première impression

Mon nouveau bébé

Après des semaines de magasinage en ligne et de nombreuses heures de lectures sur différents forums et blogues, j’ai finalement décidé de m’acheter une Canon 50D (plutôt que la Canon Rebel T1i sur laquelle j’avais un oeil, le choix ne fut pas simple.).

Mais maintenant, le monde m’arrête dans la rue et me demande : « Et puis Éric, quelle est ta première impression sur ta nouvelle Canon EOS 50D ? » et moi de répondre tout de go : « Un instant ma public (dixit Marc Labrèche !), je te prépare un joli billet sur mon blogue pour te la donner! Oh oui, oui, juste pour toi ma public! »

Alors, sans plus tarder, voilà ma première impression : Une Canon EOS 50D, c’est PLUS! Lorsque je la compare à ma fidèle Canon Rebel XT, ma nouvelle 50D c’est pareil, mais en beaucoup plus. C’est plus gros, plus lourd, plus rapide, plus sensible, plus techno!
Continuer la lecture de « Première impression »

Camping de la malchance chanceuse

Préface : Ce billet est anormalement long, j’en conviens. Mais comme mon blogue est principalement comme un journal familial, je tenais à rédiger les détails de cette aventure pour en garder une trace fraîche. Je suis certain qu’il sera très amusant, pour moi et les autres, de relire ce texte plus tard. À vous de juger si vous avez le temps de le lire ou non.

Nous revenons d’une activité de vacances que nous sommes pas prêts d’oublier. Epic! C’était presque digne de La foire aux malheurs. Je vais tenter de vous en raconter quelques juteux détails.

JEUDI, 16 juillet

Les enfants!Nous sommes allés à la Réserve faunique Papineau-Labelle pour notre camping cette année. Un choix un peu au hasard des disponibilités des populaires sites de camping de la SÉPAQ. Environ trois bonnes heures de route qui se terminent par un peu plus de 20 km de chemin de terre. En fait, ça ressemblait plus à un chemin de roches (pas du gravier là, de la roche). Bref, nous arrivâmes en un morceau, malgré quelques courbes dignes des plus grands rallyes automobiles et d’un chemin qui parfois voulait disparaître avec l’eau abondante de notre actuelle saison estivale.

Arrivés, notre terrain était dans une pente abrupte que la voiture ne pouvait monter et l’emplacement pour la tente laissait tout juste l’espace nécessaire pour notre tente familiale.

Heureusement, les Beauchesne héritèrent d’un site un peu plus accueillant où nous passâmes le plus clair de notre temps durant ce mémorable séjour. Mais devinez qui était au rendez-vous pour nous accueillir ? Bien sûr la pluie. Mais quand même pas trop longtemps, pour ne pas être trop impolie face aux nouveaux arrivants. Laissant place à une éclaircie, nous pûmes faire le feu nécessaire pour les délicieux hambourgeois prévus pour le souper. Pendant ce temps, nous allâmes découvrir le lac Joinville. Depuis notre plage, le décor était SPECTACULAIRE et vaut probablement à lui seul, tous les problèmes de notre aventure. C’est après le souper (vers 20h30) que Claude et moi fîmes une saucette dans le lac avec le plus grand plaisir. Et nous avons terminé la soirée autour d’un bon feu de camp avec les traditionnelles guimauves. La nuit fut somme toute acceptable.
Continuer la lecture de « Camping de la malchance chanceuse »

Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Un soleil partiellement caché par un nuage et deux gouttes de pluieOn ne peut pas dire qu’on a un début d’été très éclatant. Quelques journées ici et là de soleil et de chaleur, mais qui ne sont pas restées avec nous bien longtemps. Une abondance de nuages et plusieurs jours de pluie. On ne peut que souhaiter que le reste de l’été s’améliore.

Malgré tout, ça ne mine pas mon moral. Quand il fait beau, j’essaie d’en profiter, ne serait-ce que le temps d’une éclaircie. Je ne suis pas de ces Québecois qui chialent quand il fait froid et chialent aussi quand il fait chaud et qui chialent quand il pleut et qui trouvent toujours le moyen de vociférer contre la température, j’essaie de la prendre comme elle vient.

Pour tout vous dire, je trouve ce début d’été EXCEPTIONNEL!!! 😀 En plus, c’est surement à cause de la météo que mère Nature nous afflige. D’habitude à ce temps-ci de l’année, je suis en plein dans mes allergies saisonnières et je carbure quotidiennement aux antihistaminiques pour réussir a survivre à la vie quotidienne. Mais cette année, les températures froides ne doivent pas être une bonne chose pour le pollen des graminées et les averses régulières « lavent » l’air de ces allergènes.

Alors, je ne souffre pas d’allergies et je ne carbure pas non plus aux antihistaminiques. J’ai à peine quelques symptômes, tôt le matin. Je sais, je sais, ce n’est qu’une question de temps, mère Nature n’en laisse pas passer une, mais pour le moment, j’en profite. C’est vraiment spécial pour moi de vivre normalement durant ce temps de l’été.

Morale de l’histoire: « Profitez de la vie, avant qu’elle profite de vous! »

É

C’est la faute à Facebook!

FacebookOn a accusé Facebook de tous les vices et de tous les maux sur la planète. Alors pourquoi ne ferais-je pas pareil ?

Alors oui, c’est la faute à Facebook si je ne blogue presque plus.

C’est sa faute si, mon besoin d’étendre ma mousse de nombril s’assouvit aussi vite qu’il arrive. Si le coeur m’en dit, je peux rapidement m’exprimer sur le fait que mon coude me pique légèrement moins que le menton. Je peux aussi facilement publier quelques vieilles photos et les partager avec mon Univers. Dire que cette page web qui parle d’un singe manchot qui sait jongler avec 7 ballons grâce à ses pieds est vraiment hilarante!

Jadis, je faisais plus ou moins cela, mais sur mon blogue. Impunément sachant qu’au plus, une simple poignée de personnes me lisait. Mon blogue serait-il mort à cause de la grippe Facebookiaire ? Bon, d’accord, c’est peut-être un peu fort. Le manque de temps et de motivation font aussi partie du problème.

Je me disais dernièrement, comment je pourrais faire un beau billet au sujet de notre dernier voyage à Cayo Santa Maria. Comment j’avais eu le motton avant de quitter les enfants pour une semaine, comment le voyage s’était bien passé, comment la plage était paradisiaque, comment on s’était bien reposé et à quel point ça fait du bien.

Mais à cause de Facebook, ce n’est pas possible! J’ai simplement eu a changer mon statut pour « Eric is back to life… » dès mon retour de Cuba pour s’en suive une discussion. Ensuite, j’y ai publié quelques photos du voyage et tout le monde a pu apprécier sans que j’aie rien de bien compliqué à faire.

Le seul problème avec Facebook, c’est que ça reste très superficiel. Difficile d’entrer dans un sujet et de l’approfondir (quoique les journaux disent la même chose à propos des blogues…). Où est-ce qu’on s’en va ? Voulez-vous ben meu’le dire ? C’est quoi le prochain site internet à la mode ? FaceBigBrother, là où on devra s’exprimer seulement avec des mots prédéterminés à l’avance ? (C’est presqu’une bonne idée…)

É